logo Québec

Régie des alcools, des courses et des jeux

 

Rôle de la Régie des alcools, des courses et des jeux en matière de sports de combat

Québec, le 3 décembre 2018. - Dans la foulée des événements tragiques survenus lors de la manifestation sportive du 1er décembre dernier, la Régie des alcools, des courses et des jeux souhaite apporter des précisions relativement à certaines interrogations survenues au cours des derniers jours à l'égard de son rôle en matière de sports de combat. La Régie tient d'abord à exprimer son soutien à M. Adonis Stevenson ainsi qu'aux membres de sa famille et à ses proches en ces moments difficiles.

Dans le cadre de son mandat en matière de sports de combat professionnels, la Régie veille à la sécurité et à l'intégrité des concurrents lors des événements de boxe, de boxe mixte ou de kick-boxing. Ainsi, pour obtenir un permis de concurrent, la Régie doit s'assurer que le demandeur est apte à combattre et lui exige un rapport médical récent signé par un médecin. Le concurrent a l'obligation de se soumettre à une série d'examens médicaux, tels des tests sanguins, un électroencéphalogramme et un électrocardiogramme, afin d'évaluer sa condition de santé générale et faire connaître ses antécédents médicaux et familiaux.

L'aptitude médicale à se battre d'un concurrent est à nouveau évaluée par un médecin de la Régie la veille de tout combat auquel il doit participer. Un examen visant à évaluer notamment l'ouïe, la vue, le système respiratoire, la tension artérielle, le cœur et le système nerveux est effectué. Cette évaluation se fait en continu lors de la manifestation de sorte que, immédiatement après le combat, le médecin de la Régie examine le concurrent, note sa condition générale et détermine si un transport à l'hôpital est requis.

Lorsqu'un concurrent reçoit un coup à la tête, subit un knock-out ou se fait infliger des blessures majeures lors d'un combat, le médecin de la Régie peut le déclarer inapte à se battre pour une période minimale qu'il juge appropriée. Une mesure préventive de cette nature peut également être prise pour une blessure subie dans le cadre d'un entraînement. Dans de telles circonstances, l'aptitude à se battre d'un concurrent doit être évaluée à nouveau chaque fois que le concurrent désire participer à un combat.

Par ailleurs, il importe de préciser que d'autres mesures permettant d'assurer la sécurité des concurrents sont mises en place dans le cadre de l'organisation d'une manifestation sportive, notamment la présence de deux médecins autour du ring, la disposition d'un service d'ambulance spécialement réservé aux concurrents et la présence d'au moins une ambulance située à la sortie du centre sportif où se déroule l'événement.

Dans le cas précis de M. Stevenson, les procédures habituelles ont été suivies intégralement pour le déroulement du combat et plus spécifiquement à l'égard de sa condition médicale. De plus, dès que l'état de santé de M. Stevenson a suscité des signes d'inquiétude, le médecin de la Régie a exigé son transport en ambulance vers un centre hospitalier et l'a accompagné jusqu'à ce qu'il soit pris en charge par le personnel de l'hôpital.

Pour l'instant, la Régie n'émettra aucun autre commentaire.

 

Source :

Joyce Tremblay, avocate
Responsable des communications
Régie des alcools, des courses et des jeux
418 646-4151